LES RAYURES DU ZEBRE  
 

Qu'importe la vitesse
Qu'importe les courants
La vie est une ivresse
Evidemment
Soudain une maladresse
Un mot dit poliment
Une caresse sur les fesses
Naturellement

Les rayures du zèbre
Sont la depuis si longtemps
Les rayures du zèbre
Enigme en noir et blanc

Une ambition secrète
Un rêve inachevé
Une vie, deux vies de fête
D'Eternité
Si on ouvre les fenêtres
La nuit va s'échapper
Des étoiles plein la tête
En liberté

L'endroit est idéal
Pour se faire des gilis
Au pied d'l'epouvantail
Des pissenlits
Tout cru c'est si banal
De croquer les fourmis
En fait c'est le détail
Qui fait la vie