LE POETE  
 

L’herbe folle est en deuil, quand s’endort le poète
Il  nous laisse bien seul, et ses mots qui se reflètent
Courants contraires font chavirer son destin
Dans ses mots son reflet n’est jamais très loin

L’herbe folle est en deuil, quand s’endort le poète
Allongé dans son cercueil, il fait sonner les trompettes
La renommée comme une immense inspiration
Souffle coupé à fleur de mots les frissons

L’herbe folle est en deuil, quand s’endort le poète
Assis dans son fauteuil, il prend part à la fête
Est-ce qu’il y aura assez de vent aujourd’hui
Pour qu’un à un s’envolent tous ses écrits

L’herbe folle est en deuil, quand s’endort le poète
Toujours bon pied bon œil, au panthéon des prophètes
Sous une clarté de poussière et de brume
Les chevaliers des arts et des lettres posthumes

L’herbe folle est en deuil, quand s’endort le poète
Les blessures les écueils, aux portes des guinguettes
L’inspirateur de nos pensées bohèmes
A ton avis pourquoi  autant de gens l’aiment

L’herbe folle est en deuil, quand s’endort le poète
Sur sa blanche feuille, il écrit en cachette
Le souvenir d’un présent tendre et matinal
Et se languir de lui quoi de plus normal

Pour Gérard Honoré

 
     
     
  Piano: David Vandiedonck