L'OMBRE MADAME  
 

Allongée sur l'herbe 
Caressant les bijoux
L'ombre l'ombre se promène  
Nue, sur la joue sur le cou
Puis se  mêle et s'emmêle
Sans dessus dessous
Ce regard si sensuel madame
C'est ça          
Qui tout à coup 
Qui me rend fou

L'ombre se faufile
S'invite au rendez vous
Vous avez des yeux  fébriles
Madame ne rentrez pas chez vous
Et ces ombres chinoises
Dévoilant vos dessous
Vos jambes qui se croisent madame
C'est ça
Qui nous rend fou 

Très chère madame
Laissez-vous enivrer
Cette l'ombre est une flamme
Il ne faut jamais l'étouffer
Elle glisse et s'imisse
Remontant les genoux
Vos mains si complices madame
C'est ça
Qui tout à coup 

Sans l'ombre d'un doute
Madame vous avez bien compris
Cette ombre vous envoûte
Et restera toute la nuit
Elle est belle et rebelle
A l'heure au rendez vous
Votre coeur en dentelle madame
C'est ça
Qui tout à coup